Niels Albert Land

boom-edito

D’abord l’un des meilleurs crossmen de l’Histoire, directeur sportif ensuite et désormais organisateur. Niels Albert a franchi une nouvelle étape le 31 octobre 2015, proposant une épreuve inédite : le Niels Albert Cyclocross. Retour sur la première édition d’une compétition en devenir, dotée d’un circuit exhaustif, de nouveau disputée ce samedi à Boom dans la province d’Anvers. Bref, une vraie réussite. Photos : © Labourés Magazine.


 

« Le parcours a vraiment été construit intelligemment » – Lars van der Haar

 

Une véritable météo estivale, les meilleurs crossmen mondiaux et un parcours atypique furent tous au rendez-vous le 31 octobre dernier à Boom : théâtre de la première édition du Niels Albert Cyclocross. Le nom de l’épreuve dispose d’abord d’un label, tel le Grote Prijs Sven Nys parcouru à Baal le 1er janvier, celui dédié à Mario De Clercq à Ronse en octobre ou encore le Grote Prijs Adrie van der Poel traditionnelle manche finale de la Coupe du monde. Un nom, une organisation qui promet : ces quelques lettres suffissent à attirer les principaux coureurs de la planète cyclo-cross, de très nombreux spectateurs. Ainsi, l’ancien double champion du monde Niels Albert poursuit une reconversion déjà bien entamée, au lendemain d’une carrière stoppée en plein élan. Désormais, le Belge détient une casquette complémentaire, celle d’organisateur, un promoteur efficace à la lumière de la première édition tenue à Boom à quelques heures seulement du Koppenbergcross l’an dernier : « Nous avons voulu dresser une épreuve originale. Je pense que l’objectif est rempli ! ».

 

niels-albert-directeur-sportif

niels-albert-koksijde-2012

 

De crossman à organisateur

Ces quelques mots précédemment prononcés par Lars van der Haar, vainqueur à Boom, résument la réussite de l’épreuve mais aussi et peut-être surtout celle du nouveau projet orchestré par Niels Albert. Le programme en lui-même s’avérait d’ores et déjà ambitieux : la création d’une nouvelle épreuve et son inscription dès sa première édition au programme de l’Union Cycliste Internationale ou d’un calendrier déjà au bord de l’implosion. La Belgique ne connaît d’ailleurs que très rarement un tel scénario, la municipalité de Boom suivant notamment les traces du Zilvermeercross de Mol créé en décembre 2014. Deux épreuves à titre indicatif gérées par la même structure. Juniors, Dames et Élite Hommes ont donc pu se disputer de précieux points UCI rares en début de saison, l’épreuve étant labélisée C2. Niels Albert organisateur, la principale attraction de prime abord : une mission particulièrement bien remplie mais aussi une revanche sur des dernières saisons délicates, des années excessivement difficiles pour l’ancienne pépite des labourés. Quatre champions incontournables figuraient ainsi sur le podium de l’épreuve UCI à la nuit tombante : Lars van der Haar champion d’Europe une semaine plus tard, le futur champion du monde Wout van Aert, la légende de la discipline Sven Nys aujourd’hui retraitée et enfin Niels Albert. Car ce fut pour lui aussi une véritable victoire, une délivrance approchée ces derniers temps.

 
niels-albert-cx
 

L’ancien double champion du monde et coureur de la formation BKCP-Powerplus a parcouru du chemin depuis cet arrêt soudain et inattendu lié à une sévère arythmie cardiaque au printemps 2014. Niels Albert est d’abord devenu directeur sportif d’une structure aujourd’hui majeure : l’équipe Crelan-Vastgoedservice. Au-delà d’un tel poste, Niels Albert est aussi l’homme caché derrière Wout van Aert, en partie responsable du succès du jeune crossman aujourd’hui numéro un mondial. En parallèle, le coureur, qui redynamisait toute une discipline il y a quelques années en s’immisçant sur le circuit belge, a ouvert une boutique dédiée au cyclisme et bien évidemment au cyclo-cross : cette discipline à qui il doit temps. En définitive, une dernière ligne manquait au CV du gérant du Niels Albert Bike Store ; celle d’organisateur. Un promoteur qui a peut-être proposé l’un des plus beaux circuits du calendrier international, des compétitions dotées de listes de départ complètes et toutes disputées sur un terrain cependant excessivement sec en raison des températures estivales rencontrées à Boom ce 31 octobre 2015. Le cadre était favorable, les enjeux sportifs évidents et conséquents à un moment où Wout van Aert ne rencontrait que très peu d’adversaires. Les concurrents furent au rendez-vous, tous ont répondu présent sur cet événement emblématique disputé sur un domaine bien connu en Belgique.

 

« Je suis un organisateur très fier »

Théâtre du Tomorrowland chaque été au mois au juillet, le Recreatiedomein De Schorre de Boom a cette fois-ci accueilli un cyclo-cross, fut l’écrin des travaux élaborés plusieurs mois en amont par une équipe menée par Niels Albert. Certes les quelques milliers de supporters présents à Boom pour le cyclo-cross ne représentent qu’un petit nombre face aux 180 000 personnes habituées du festival musical. Mais l’événement lui n’eut rien à y envier, à la hauteur des attentes : « Je suis un organisateur très fier. Car la course a été magnifique, avec un dernier tour incroyable. Nous avons pu compter aujourd’hui sur de multiples supports et le soutien inconditionnel de la municipalité de Boom pour proposer la course dans cet espace ». Quatre courses ont ainsi été exposées, trois compétitions UCI précédemment mentionnées en plus d’une course originale et proposée par Pro-Cycling ; l’organisateur de quelques cyclocross où se retrouvent aussi des athlètes tous membres d’une catégorie spécifique : G-Sport. Mol incluait pour la première fois la saison dernière un cyclo-cross dédié aux coureurs victimes d’un handicap mental, une catégorie où évolue notamment le le coureur néerlandais Joannathan Duinkerke. Comme sur les sections ensablées du Zilvermeercross, ces coureurs ont une nouvelle fois pu s’exprimer dans les labourés ; une transition parfaite entre les différentes compétitions. Jappe Jaspers s’est imposé chez les juniors, devançant Victor et Toon Vandebosch. Ellen Van Loy a pour sa part dominé l’épreuve féminine, sans concurrence.

 
12-van-aert-van-der-haar-nys
 

Peu de suspense chez les Dames, une conclusion en revanche passionnante auprès des professionnels où seule des derniers hectomètres ont pu départager Lars van der Haar et Wout van Aert. Une issue bien évidemment favorable au bilan de la compétiton organisée par Niels Albert. Wout van Aert, le poulain de l’organisateur, n’avait buté qu’à l’occasion d’une seule épreuve depuis le début de saison avant le cyclo-cross de Boom. Lars van der Haar faisait cavalier seul à Valkenburg en ouverture de la Coupe du monde. Le Néerlandais a alors récidivé et contesté la suprématie du numéro un mondial à Boom, proposant un élément rare jusqu’alors, en quelques semaines de compétitions. Le suspense a en effet guidé la course. Seuls les crossmen membres de la formation Sunweb-Napoleon Games ont fait l’impasse. Les deux leaders précédemment cités furent accompagnés durant une large partie de la course par Sven Nys : un trio qui fut longtemps inséparable. Le Belge cédait à deux tours du but, deux dernières boucles où Wout van Aert et Lars van der Haar ont magnifié le circuit proposé. Seul l’ultime bac à sable situé à 200 mètres de l’arrivée a en définitive départagé les deux coureurs, une situation favorable à Lars van der Haar : « Gagner ici est quelque chose de magnifique, surtout après un tel final m’ayant opposé à Wout. Ce fut une très belle course et le circuit a contribué à cela ». Les propos de l’actuel champion d’Europe rejoignent ceux dictés par les divers crossmen et observateurs présents. Le circuit a bel et bien marqué les esprits.

 

Un circuit de Coupe du monde

D’un seul coup d’oeil, les spectateurs postés à Boom pouvaient contempler une large majorité du circuit, un élément souvent rare en cyclo-cross et favorable au spectacle. Le terrain proposé fut certes excessivement sec. Mais les sections spécifiques ont pu dynamiser la compétition UCI. Les différents passages vallonnées impressionnants et dotés de pourcentages abruptes ont aidé au spectable et rapidement permis au trois meilleurs crossmen de s’extirper ou de batailler durant de longues minutes. Un double bac à sable situé en fin de circuit, juste avant l’ultime ligne droite, fut cet élément perturbateur additionnel : un positionnement inédit. Les variations de dénivelé, les multiples dévers proposés rappellent bien évidemment d’autres cyclo-cross habituels : Ronse en Bpost Bank Trofee ou même Nommay ancienne manche de Coupe du monde. Le cyclo-cross de Boom pourrait ainsi bien intégrer un challenge ces prochaines saisons, ou du moins prétendre à disposer d’un tel label. Des étapes supplémentaires déjà bien sûr dans l’esprit de Niels Albert, un organisateur habitué des circuits internationaux, sensible à l’évolution de la discipline hivernale : « C’est une première édition. Nous voulons bien évidemment évoluer. Mais cela ne peut se faire qu’étape par étape même si nous pouvons le dire : ce fut incontestablement un succès. Nous ne devons toutefois pas brûler nos cartouches trop tôt. Bien sûr, quand on organise une épreuve en Belgique et qu’on parvient à aligner les meilleurs coureurs du monde au départ, on pense tout de suite à plus haut ! ».
 

niels-albert-cx-6

mur

 

Mais malgré les nombreuses critiques positives énoncées et ce nouveau projet devenu réalité, Niels Albert conserve une petite note de prudence : « Mais il faut rester honnête. Il n’y a eu pour l’instant qu’une seule course. Oui tout le monde semble satisfait. Nous avons travaillé pour que le circuit soit bien, qu’il y ait un bel accueil pour tous. Mais il va falloir aussi dresser le bilan avec la municipalité et les nombreux partenaires pour voir ce qu’il faut améliorer, ce que l’on conserve ou ce qu’il faut améliorer pour l’an prochain et une deuxième édition qui promet ! ». Le Niels Albert Cyclocross 2015 restera dans les annales, grâce à ce circuit et le duel palpitant ayant opposé deux des meilleurs coureurs de la saison 2015-2016. Mais il convient aussi de perdurer, de permettre à l’épreuve de ce maintenir au coeur de ce calendrier : une tâche finalement peu évidente. Le cyclo-cross de Boom fut inscrit à la veille du Koppenbergcross ; l’épreuve située à Oudenaarde se disputant chaque saison le 1er novembre. Or, si la Toussaint tombe un dimanche en 2015, ce ne sera pas le cas en 2016. Un décalage dans le calendrier fut un risque évident, une inscription prévisible entre quelques classiques de la saison hivernale : le 22 octobre à la veille du Caubergcross finalement. Tant d’éléments qui toujours menacent une nouvelle course. Les succès et étapes franchies ne peuvent se solidifier qu’après l’inscription d’une date précise, d’un rendez-vous identifié.

 

« Et pourquoi pas les Mondiaux ! »

Quelques tours de circuits effectués par les juniors au petit matin du 31 octobre ont suffit à évoquer une telle hypothèse. Le circuit proposé à Boom et les sections du Niels Albert Cyclocross pourront prochainement prétendre à l’organisation de Championnats du monde. Niels Albert en est conscient mais les étapes sont difficiles à franchir : d’abord péréniser l’épreuve, l’inscrire ensuite au sein d’un challenge mondial : « Alors peut-être que d’ici quelques années nous postulerons pour intégrer la Coupe du monde ou une série comme le Superprestige ou le Bpost Bank Trofee. Et pourquoi pas les Championnats du monde ! ». Les mots sont prononcés, le rêve est là, le chemin sera long. Mais l’espoir est permis, à la lumière de multiples éléments favorables, au-delà de ceux énoncés précédemment et liés au tracé, au label Niels Albert. La Belgique fut le théâtre de cinq éditions des Mondiaux entre 1994 et 2016 : à Koksijde, Hooglede-Gits et bien évidemment Zolder à deux reprises. Un dernier cyclo-cross particulièrement inscrit au sein des grands événements : le théâtre de manches de Coupe du monde chaque saison et donc des Championnats du monde à quelques reprises. La saison 2015-2016 n’échappe pas à la règle. Zolder a accueilli le challenge UCI et les Mondiaux, preuve de la crédibilité du promoteur, Pro-Cycling. Car la structure juridique derrière ces événements est aussi celle responsable du… Niels Albert Cyclocross.

 
15-wout-van-aert-lars-van-der-haar
 

Un pari sur l’avenir. Mais au-delà de telles ambitions, l’épreuve reste un hommage, celui formulé à un crossman qui bien trop tôt a dû raccrocher son vélo, stopper le cyclisme. Mais cette fois-ci, en organisant un cyclo-cross, Niels Albert prête bien plus qu’un nom. Alors, les principales stars de la discipline s’aligneront une nouvelle fois sur les sections de la deuxième édition parcourue samedi : Wout van Aert, Mathieu van der Poel ou Lars van der Haar.

 
14-tom-meeusen
 

NDLR : Cet article est en partie issu du numéro 3 de Labourés Magazine. Propos recueillis à Boom le 31 octobre 2015.

Sébastien De Cock