Le Carrousel, nouvelle fantaisie

toon-aerts-jaarmarktcross-niel

Carrousel, escargot ou toile d’araignée. Plusieurs noms mais en définitive une petite révolution. La nouvelle section du Soudal Jaarmarktcross disputé à Niel ce vendredi 11 novembre a attiré l’attention des habitants de la planète cyclo-cross durant l’intégralité de la semaine. La classique hivernale fut en effet la première épreuve d’envergure à proposer un tel passage. Gadget ou réel intérêt ? Photos : © Labourés Magazine.

 

Une attraction

Le Carrousel n’est toutefois pas une nouveauté. Des secteurs identiques ont parfois été employés à l’occasion de cyclo-cross régionaux voire nationaux. Mais toujours, la toile d’araignée fut écartée des labourés internationaux. L’ancien crossman Camiel van den Bergh l’a remis au goût du jour la saison passée, l’intégrant au parcours du cyclo-cross international de Rucphen organisé fin janvier sur le sol néerlandais. Tom Meeusen s’y imposait, de multiples athlètes internationaux y découvraient cette nouvelle attraction des labourés. L’ancien champion du monde Erwin Vervecken a importé le concept en Soudal Classics, le Jaarmarktcross inaugurant l’élément en Belgique et sur les écrans de télévision vendredi, au-delà de l’expérience connue à Rucphen. Mais comme aux Pays-Bas, le Carrousel fut d’abord utilisé pour répondre à un critère de taille : la place. Ces sections en escargot permettent en effet d’associer passages spectaculaires et un vrai manque de place. Le tracé du Soudal Jaarmarktcross a dû être remanié cette saison en raison de différends économiques – le propriétaire d’un des terrains empruntés par l’épreuve a augmenté le loyer. Bref, le Carrousel est logiquement intervenu : une extension utile pour maintenir la longueur d’une boucle (règlementaire) sur un périmètre réduit et ainsi éviter d’autres passages redondants voire pénibles pour les crossmen et les spectateurs. Un tour du Soudal Jaarmarktcross de Niel faisait alors 2950 mètres de long, soit autant qu’auparavant malgré la suppression de quelques tronçons traditionnels.

 
carrousel-jaarmarkcross-niel
 

Un artifice ?

Mais bien évidemmment, un tel ajout ne peut-être associé qu’à un débat évident. Un gadget, des sections simplement artificielles ou inutiles : les critiques ont été nombreuses. Le Carrousel n’avait en rien modifié l’intérêt du cyclo-cross de Rucphen en janvier 2016, mis à part proposer aux différents coureurs de tourner en rond à de multiples reprises sur quelques mètres carrés. Trois critères sont indissociables à l’emploi du Carrousel. Les spectateurs doivent pouvoir contempler l’ensemble de l’escargot depuis d’autres passages supérieurs, le Carrousel perdant tout intérêt vu du sol. La taille de la toile d’araignée se doit d’être conséquente : un peloton entier peut y figurer, la boucle ne peut qu’être rattachée à ce passage alors décisif. Une couverture télévisuelle est enfin nécessaire, légitime l’emploi du secteur alors source de spectacle. Le cyclo-cross de Rucphen n’était pas doté des trois critères précédemment cités, tracé dans un parc dédié à l’épreuve. Le Soudal Jaarmarktcross a en revanche assimilé les points nécessaires : l’impressionnant Carrousel fut visible de tous les spectateurs d’un point situé en amont du secteur (grâce au dénivelé qui font le Jaarmarktcross) et d’un public international en raison d’une production télévisuelle accrue. Le parcours de la classique hivernale dispose néanmoins d’éléments qui ont provoqué son destin. Les allers-retours en dévers, un bac à sable, la boue et bien sûr des listes de départ originales ont écrit l’Histoire du Jaarmarktcross. Le choix du Carrousel a pourtant été opéré et fut un succès.

 
cant-van-loy-jaarmarktcross
 

Un secteur décisif

Les conditions météorologiques rencontrées à Niel la semaine précédent le Soudal Jaarmarktcross ont permis de dégrader le parcours et d’éviter un Carrousel aux sections rapides. Les trajectoires devaient particulièrement être étudiées dans ces passages aux virages glissants continus. Le Carrousel a ainsi provoqué la décision au sein des deux compétitions majeures disputées à Niel, au-delà du critère sympathique de l’innovation. Ellen Van Loy a marqué la première partie de la course féminine. La championne de Belgique Sanne Cant a su résister aux velléités de sa compatriote avant d’accélérer dans le Carrousel afin de se diriger vers la victoire dès la mi-course. Toon Aerts a remporté à domicile la compétition masculine. Le champion d’Europe a pu rejoindre son coéquipier Jim Aernouts – un temps seul leader – dans la toile d’araignée à l’entame du troisième tour sur huit à parcourir avant de procéder à l’attaque finale quelques virages plus loin : « Tous les ans, les gars font une super course. Cette année, ils ont également inclus le Carrousel. Je l’avais déjà fait mais jamais dans ces conditions. Car aujourd’hui c’était tout de même assez glissant et l’on avait à prendre la bonne trajectoire ». Autrefois rendez-vous incontournable du calendrier, le Jaarmarktcross a rétrogradé dans la hiérarchie ; suite à son retrait du GVA Trofee en 2008. Un élément comme le Carrousel permet alors de relancer l’intérêt de la classique. Pour preuve, le Jaarmarktcross a dépassé cette semaine les débats habituels centrés sur Wout van Aert et Mathieu van der Poel.

 
jaarmarktcross-niel-carrousel

Sébastien De Cock