Sven Nys, deux victoires pour finir

sven-nys-koksijde-2015

C’était il y a un an. Sven Nys renouait enfin avec le succès sur les sections du Soudal GP Hasselt avant de récidiver dès le lendemain à l’occasion d’une manche de Coupe du monde à Koksijde : sa 50e victoire au sein du challenge UCI. La légende est restée sur ce dernier doublé, d’ultimes gains internationaux décrochés avec la manière ; afin d’écrire une page additionnelle de l’Histoire de la discipline hivernale. Photos : © Labourés Magazine.


sven-nys-soudal-gp-hasselt
 

Et si le Soudal Jaarmarktcross parcouru à Niel le 11 novembre 2014 était le dernier succès de Sven Nys dans les labourés ? C’est du moins la question voire les doutes formulés par de multiples observateurs à l’aube de l’automne précédent. Car de multiples déconvenues ont suivi cette victoire, les rumeurs de retraite « anticipée » en décembre 2014 et divers soucis n’ont plus permis à Sven Nys de lever les bras durant l’hiver 2014-2015 après la dernière Soudal Classics citée. Mais c’est finalement sur les chemins de la même série que l’ancien double champion du monde a pu briller à nouveau un an plus tard : vainqueur à Hasselt le 21 novembre 2015 sous la pluie, sur un terrain technique et particulièrement dégradé. L’ancien champion de Belgique a renouvelé la performance le lendemain en Coupe du monde, une première depuis presque trois ans. Retour sur les deux succès définitifs de Sven Nys, les derniers d’une carrière professionnelle entamée en 1998 ; au-delà des Soudal Masters de Waregem simple exhibition proposée en fin de saison.

 

sven-nys-hasselt-koksijde1

sven-nys-hasselt-koksijde2

 

« Une année sans victoire, c’est vraiment long »

Durant 375 jours, Sven Nys fut écarté de la plus haute marche du podium, voire même de la boîte. En cyclo-cross seulement. Le Belge avait en effet pu se consoler avec un nouveau titre de champion national obtenu en VTT en juillet 2015. Cette victoire off-road en appelait-elle d’autres pour une saison 2015-2016 annoncée comme la dernière ? Pas si sûr. Sven Nys a certes repris sur les chapeaux de roues et a pu entamer une certaine revanche sur des mois précédents difficiles. Le crossman flamand n’était effectivement monté qu’à deux reprises sur le podium après sa victoire acquise à Niel le 11 novembre 2014, en Superprestige à Gavere puis à Lille en conclusion du Bpost Bank Trofee et de sa saison la plus délicate d’une carrière longue et prolifique. Septembre 2015 a permis à l’ancien numéro un mondial de marquer les esprits et de surtout revenir sur le devant de la scène pour des dernières semaines comme crossman professionnel. Sven Nys s’est positionné sur huit podiums d’épreuves internationales en début de saison sans pour autant l’emporter. Le Soudal GP Hasselt fut alors cette délivrance – un an et dix jours plus tard, celle tant attendue par un coureur âgé de 39 ans et toute une communauté sensible aux exploits de l’athlète populaire. En larmes, tel son premier succès : « Je suis vraiment content d’enfin m’imposer car une année sans victoire, c’est vraiment long. Pour la première fois de ma carrière, j’ai dû attendre autant de temps pour m’imposer. J’ai vraiment tout donné encore une fois mais là le résultat est au rendez-vous ».

 
sven-nys-victoire-hasselt
 

Hasselt et le chemin (boueux) de la victoire

La traversée du désert s’est donc achevée le 21 novembre 2015 pour Sven Nys. Le Belge fut pour la première fois depuis longtemps au-dessus du lot, sur des passages traditionnels de l’ancienne manche du Bpost Bank Trofee où il avait déjà brillé à trois reprises mais dans des conditions différentes. Sven Nys et les divers crossmen au départ de la Soudal Classics ont dû composer avec un élément dans un premier temps en effet inattendu : la pluie. Les sections très souvent rapides du Grote Prijs van Hasselt sont devenues de vraies tranchées boueuses et ont considérablement changé la donne à quelques minutes du départ de l’épreuve masculine : un point finalement favorable à Sven Nys peu à l’aise avec les tracés rapides à ce stade de sa carrière ; malgré les risques et la sélection par conséquent aléatoire. Wout van Aert – le coureur numéro un de la première partie de saison, n’avait pas fait le déplacement à Hasselt à la veille de la manche de Coupe du monde, Lars van der Haar également, Mathieu van der Poel ne reprenait la compétition que le lendemain. Seuls deux crossmen ont alors tenu la dragée haute au principal protagoniste durant l’intégralité de la compétition : Tom Meeusen et Kevin Pauwels. Le déluge et ses conséquences ont permis au trio d’immédiatement s’extirper et de se jouer la première place durant trois-quarts de la course. Mais intouchable, Sven Nys a pu enchaîner démonstrations techniques, physiques et tactiques : s’isolant à une boucle et demie d’une victoire (in)espérée. Une délivrance à l’expérience.

 

« Il fallait absolument se maintenir en tête toute la course sur un cyclo-cross aussi technique. Un coureur devant vous peut faire une faute et donc vous bloquer. J’ai joué avec cela. »

 
sven-nys-victoire-koksijde
 

Koksijde, un dernier succès emblématique

« Je suis maintenant relax après avoir gagné à Hasselt, même si demain il y a Koksijde. Mais peut-être que je pourrai encore gagner ! ». Et Sven Nys s’est imposé, proposant en compagnie de Wout van Aert l’un des plus beaux finish de la saison 2015-2016. Le futur manager de la formation Telenet-Fidea Lions devait encore laisser une empreinte complémentaire dans les labourés. Il s’est donc réconcilié avec les statistiques ce week-end là. D’abord en renouant avec la victoire, ensuite en s’adjugeant une nouvelle manche de Coupe du monde : la cinquantième. Le Belge n’avait pourtant plus associé la série et succès depuis le 26 décembre 2012 et une victoire à Zolder. À Koksijde, Sven Nys a su effacer les déboires toujours rencontrés les saisons passées en Coupe du monde pour décrocher cette cinquantième manche symbolique sur le tracé d’une vraie classique de la discipline. Dans ces dunes de sable, le Belge a alterné durant toute sa carrière réussites et déceptions, malgré sept victoires – un record. C’est aussi sur ce circuit que Sven Nys n’a pris que la septième place des Championnats du monde 2012, alors le dernier des sept belges. Mais comme à Hasselt, la donne fut différente cette fois-ci : « Aujourd’hui, ce fut complètement différent de ce que l’on voit habituellement à Koksijde. Les zones techniques étaient aussi dans la boue, en dehors du sable. J’ai donc attendu les 300 derniers mètres ». Durant quatre boucles, Sven Nys et Wout van Aert se sont joués la victoire et ont magnifié leur duel. Malgré de vraies tentatives, le numéro un mondial n’a pu contester Nys auteur d’un effort décisif dans le dernier secteur boueux et d’un sprint victorieux.

 

« C’est un sentiment très spécial, unique, quand j’ai placé une accélération décisive dans les 300 derniers mètres. Gagner hier était exceptionnel mais là c’est encore autre chose ! »

 
sven-nys-coupe-du-monde-50
 

Monsieur Coupe du monde

Incontestablement, Sven Nys a renforcé sa légende en s’imposant à Koksijde le 22 novembre 2015 : 1061 jours après la manche précédente et surtout dix-sept saisons après sa première victoire en Coupe du monde. Le 21 novembre 1998, le jeune Sven Nys tout juste néo-professionnel y levait les bras. Quarante-huit manches plus tard, le Belge a conclu une partie de son parcours sur un challenge qui lui est intimement lié. L’ancien double champion du monde ne s’était donc plus imposé en Coupe du monde depuis décembre 2012. Car la malchance fut de rigueur pour le vétéran belge lors d’ultimes saisons où il n’a pu jouer le classement général de la série. Ses dernières sorties l’ont repositionné favorablement en Coupe du monde. D’abord deuxième du CrossVegas puis troisième à Valkenburg, Sven Nys a donc pu s’imposer à Koksijde et capter la cinquantième manche souhaitée ; à l’image d’une barre aussi franchie plus tôt en Superprestige. L’Histoire de la Coupe du monde restera ainsi indissociable de Sven Nys. Le Belge s’est imposé dans neuf des onze pays où s’est rendu le challenge UCI ; notamment durant diverses saisons où les rendez-vous ont été excessivement nombreux (dix ou onze manches entre 2004 et 2008). Alors, Sven Nys n’a remporté qu’à trois reprises le classement final de la Coupe du monde, en raison de règlements aléatoires et souvent modifiés. Mais à Koksijde l’an passé, le Belge a rappelé à tous son statut hégémonique et les saisons où il a pu décrocher jusqu’à huit manches. Une dernière victoire essentielle.

 

koksijde-hassel-sven-nys

sven-nys-50

 

Six autres podiums ont conclu la carrière de Sven Nys – en dehors du classement proposé par l’Union Cycliste Internationale. Mais le Flamand n’a plus gagné dans les sous-bois, à l’exception des Soudal Masters de Waregem où le Belge a pu une dernière fois exhiber ses talents de crossman lors d’une cérémonie urbaine aussi à son honneur. À Koksijde, Sven Nys s’est défait d’une jeune garde attentive mais cette fois-ci en-dessous d’un athlète qui tenait à briller à nouveau – ou une dernière fois – en Coupe du monde. Wout van Aert prenait la deuxième place, Mathieu van der Poel complétait le podium devant Lars van der Haar et Laurens Sweeck. Ces jeunes loups prennent dorénavant le relai et tiennent une plume qui écrit depuis plus d’un demi-siècle l’Histoire de la discipline. Par procuration, Sven Nys s’est à nouveau distingué, en Coupe du monde notamment : ses jeunes poulains Quinten Hermans, Yentl Bekaert ou Andreas Goeman sont montés sur le podium à Valkenburg cet automne. Car ce sport est à jamais inséparable du Kannibaal van Baal.

 
sven-nys-koksijde2
 

Propos recueillis à Hasselt et Koksijde en novembre 2015.

Sébastien De Cock